Atlas des champignons

Home / Atlas des champignons

amanite citrine

amanite citrine Image
Elle apparaît en abondance de juin à novembre dans les forêts de conifères ou de feuillus sur sols acides ou neutres ou terrains sablonneux légers.Attention, on peut facilement confondre l’amanita citrina avec l’amanita phalloides et pour cette raison, il vaut mieux s’abstenir de la ramasser.
Nom usuel : amanite citrine
Nom latin : amanita citrina
Famille : amanitacées
Catégorie : amanite
Noms communs : Amanite citrine, amanite sulfurine, citrine, oronge cigüe jaunâtre, lera cigüe jaunâtre, lera rousse picotada, grapaudin, jaouné, peullarg.
Habitat : feuillus et à aiguilles
Classe : homobasidiomycètes
Calendrier : Juin – Juillet – Aout – Septembre – Octobre – Novembre
Comestibilité : comestibilité
Le chapeau : (5 à 10 cm) Il est de couleur jaune vert pâle tirant sur le jaune citron, il pâlit souvent et devient même blanc. Il est très rarement avec du brun olive comme chez la phalloïde. Il est parsemé de plaques fibrillo-soyeuses du voile général qui sont de couleur blanchâtre qui s’éliminent avec la pluie. Il a une forme hémisphérique, convexe puis étalée. Les lamelles sont blanches, serrées, molles à arêtes floconneuse, blanchâtres ou jaunâtre.
Le pied : (5-12 x 0,8-1,5 cm) il est de la même teinte que le chapeau ou légèrement plus clair, brutalement dilaté à la base en un bulbe ventru étroitement enveloppé par la volve qui forme une courte collerette membraneuse tout autour. Il est mince, généralement lisse ou couvert de quelques écailles feutrées, à peine visibles. L’anneau, collé au pied, se trouve souvent assez haut et pendant; il est jaune pâle, flasque à la maturité et se compose d’une membrane mince.
La chair : est épaisse blanche, et dégage une odeur repoussante de pomme de terre crue. Son goût qui n’est pas trop marqué au début devient désagréable passé un certain temps.
Les spores : (8-9 µm) sont blanches, amyloïdes, presque rondes et parfois très courtement elliptiques.

amanite citrine

amanite citrine Image
Elle apparaît en abondance de juin à novembre dans les forêts de conifères ou de feuillus sur sols acides ou neutres ou terrains sablonneux légers.Attention, on peut facilement confondre l’amanita citrina avec l’amanita phalloides et pour cette raison, il vaut mieux s’abstenir de la ramasser.
Nom usuel : amanite citrine
Nom latin : amanita citrina
Famille : amanitacées
Catégorie : amanite
Noms communs : Amanite citrine, amanite sulfurine, citrine, oronge cigüe jaunâtre, lera cigüe jaunâtre, lera rousse picotada, grapaudin, jaouné, peullarg.
Habitat : feuillus et à aiguilles
Classe : homobasidiomycètes
Calendrier : Juin – Juillet – Aout – Septembre – Octobre – Novembre
Comestibilité : comestibilité
Le chapeau : (5 à 10 cm) Il est de couleur jaune vert pâle tirant sur le jaune citron, il pâlit souvent et devient même blanc. Il est très rarement avec du brun olive comme chez la phalloïde. Il est parsemé de plaques fibrillo-soyeuses du voile général qui sont de couleur blanchâtre qui s’éliminent avec la pluie. Il a une forme hémisphérique, convexe puis étalée. Les lamelles sont blanches, serrées, molles à arêtes floconneuse, blanchâtres ou jaunâtre.
Le pied : (5-12 x 0,8-1,5 cm) il est de la même teinte que le chapeau ou légèrement plus clair, brutalement dilaté à la base en un bulbe ventru étroitement enveloppé par la volve qui forme une courte collerette membraneuse tout autour. Il est mince, généralement lisse ou couvert de quelques écailles feutrées, à peine visibles. L’anneau, collé au pied, se trouve souvent assez haut et pendant; il est jaune pâle, flasque à la maturité et se compose d’une membrane mince.
La chair : est épaisse blanche, et dégage une odeur repoussante de pomme de terre crue. Son goût qui n’est pas trop marqué au début devient désagréable passé un certain temps.
Les spores : (8-9 µm) sont blanches, amyloïdes, presque rondes et parfois très courtement elliptiques.

L’Atlas des Champignons regroupe plus de 360 espèces différentes que vous pouvez retrouver à l’aide des boites déroulantes ci-dessous. Vous pouvez sélectionner une espèce par son nom vernaculaire (nom commun) ou par son nom latin. Dans tous les cas, il vaut mieux connaître le nom latin de l’espèce car en matière de nom commun, certaines espèces en ont plus d’une centaine selon les régions !

Si vous ne connaissez pas l’espèce que vous avez vue ou que vous venez de cueillir, cliquez sur le bouton « reconnaître » dans le menu animé du haut de cette page. Vous aurez accès à la clé de détermination où, selon les critères que vous aurez saisis, une ou plusieurs espèces vous seront proposées.