Atlas des champignons

Home / Atlas des champignons

amanite ovoïde

amanite ovoïde Image
On trouve l’amanite ovoïde dans le midi de la France, mais elle peut remonter vers le Nord en années sèches, sur sols calcaires, chauds, sous feuillus (chênes) et conifères (pins, etc.), en été et en automne. Cette espèce est comestible, et intéressante par sa taille gigantesque, mais pas très savoureuse. ll faut se garder de la confondre avec les amanites blanches mortelles voisines de phalloïdes
Nom usuel : amanite ovoïde
Nom latin : amanita ovoïdea
Famille : amanitacées
Catégorie : amanite
Noms communs : Amanite ovoïde, boulé, champignon blanc, cocquemelle, coucoumêle ou coucoumelle, coucoumelle blanche, coucoumelle fine, lera blanca, lou boulé, myulo blanco, oriol cougoumèle, oronge blanche
Habitat : chênes et coniféres
Classe : homobasidiomycètes
Calendrier : Juillet – Aout – Septembre – Octobre
Comestibilité : comestibilité
Le chapeau : L’amanite ovoïde est un énorme champignon tout blanc, à l’exception parfois de la volve qui peut être crème ou orangé rouillé;
Le chapeau (10-20 cm) de teinte blanc-crème en forme d’oeuf au début (d’où son nom..) est épais, même au bord, brillant, généralement nu, à cuticule séparable, épaisse, et à marge ourlée de petits flocons farineux. Les lamelles sont serrées, blanches, se teintant de crème avec l’âge, à arête floconneuse d’un blanc pur..
Le pied : (8-15 x 2-5 cm ) est volumineux, trapu ,cylindrique, plein, avec un bulbe allongé à sa base, floconneux ou farineux. L’anneau est caractéristique par sa consistance, qui rappelle exactement celle de la crème, toujours fugace (il s’affaisse au moindre contact); il est rare qu’il soit plus consistant, seulement farineux, dans sa jeunesse, il frange le pourtour du chapeau de lambeaux blancs, très fugaces. La volve est très ample; élevée, épaisse, très persistante, membraneuse; à demi libre, souvent lobée au bord, ochracée, puis jaunâtre, se teintant de roussâtre avec l’âge.
La chair : est très épaisse, ferme et blanche, à faible odeur d’iode.
Les spores : (9-12 x 6.5-7,7 µm) sont blanches, amyloïdes, elliptiques.

amanite ovoïde

amanite ovoïde Image
On trouve l’amanite ovoïde dans le midi de la France, mais elle peut remonter vers le Nord en années sèches, sur sols calcaires, chauds, sous feuillus (chênes) et conifères (pins, etc.), en été et en automne. Cette espèce est comestible, et intéressante par sa taille gigantesque, mais pas très savoureuse. ll faut se garder de la confondre avec les amanites blanches mortelles voisines de phalloïdes
Nom usuel : amanite ovoïde
Nom latin : amanita ovoïdea
Famille : amanitacées
Catégorie : amanite
Noms communs : Amanite ovoïde, boulé, champignon blanc, cocquemelle, coucoumêle ou coucoumelle, coucoumelle blanche, coucoumelle fine, lera blanca, lou boulé, myulo blanco, oriol cougoumèle, oronge blanche
Habitat : chênes et coniféres
Classe : homobasidiomycètes
Calendrier : Juillet – Aout – Septembre – Octobre
Comestibilité : comestibilité
Le chapeau : L’amanite ovoïde est un énorme champignon tout blanc, à l’exception parfois de la volve qui peut être crème ou orangé rouillé;
Le chapeau (10-20 cm) de teinte blanc-crème en forme d’oeuf au début (d’où son nom..) est épais, même au bord, brillant, généralement nu, à cuticule séparable, épaisse, et à marge ourlée de petits flocons farineux. Les lamelles sont serrées, blanches, se teintant de crème avec l’âge, à arête floconneuse d’un blanc pur..
Le pied : (8-15 x 2-5 cm ) est volumineux, trapu ,cylindrique, plein, avec un bulbe allongé à sa base, floconneux ou farineux. L’anneau est caractéristique par sa consistance, qui rappelle exactement celle de la crème, toujours fugace (il s’affaisse au moindre contact); il est rare qu’il soit plus consistant, seulement farineux, dans sa jeunesse, il frange le pourtour du chapeau de lambeaux blancs, très fugaces. La volve est très ample; élevée, épaisse, très persistante, membraneuse; à demi libre, souvent lobée au bord, ochracée, puis jaunâtre, se teintant de roussâtre avec l’âge.
La chair : est très épaisse, ferme et blanche, à faible odeur d’iode.
Les spores : (9-12 x 6.5-7,7 µm) sont blanches, amyloïdes, elliptiques.

L’Atlas des Champignons regroupe plus de 360 espèces différentes que vous pouvez retrouver à l’aide des boites déroulantes ci-dessous. Vous pouvez sélectionner une espèce par son nom vernaculaire (nom commun) ou par son nom latin. Dans tous les cas, il vaut mieux connaître le nom latin de l’espèce car en matière de nom commun, certaines espèces en ont plus d’une centaine selon les régions !

Si vous ne connaissez pas l’espèce que vous avez vue ou que vous venez de cueillir, cliquez sur le bouton « reconnaître » dans le menu animé du haut de cette page. Vous aurez accès à la clé de détermination où, selon les critères que vous aurez saisis, une ou plusieurs espèces vous seront proposées.