Atlas des champignons

Home / Atlas des champignons

hygrophore de mars

hygrophore de mars Image
On peut rencontrer cette espèce de février à mai. Il préfère les sols siliceux et pousse sous les conifères ou les hêtres, surtout en montagne. Les montagnards avisés qui connaissent les bons coins savent qu’on peut le trouver sous la neige qui le cache et le rotège. C’est une espèce comestible ne pouvant être confondue avec aucune autre en raison de son habitat et de son époque d’apparition. Il naît le pied dans la neige à l’époque où il n’existe pas d’autre champignon consommable et les écureuils et autres petits rongeurs le grignotent allègrement.
Nom usuel :hygrophore de mars
Nom latin :hydrophorus marzuolus
Famille :hygrophoracées
Catégorie :hygrophore
Noms communs : Hygrophore de mars Synonyme : Clitocybe marzuola, Clitocybe glaucophilla
Habitat : montagne
Classe :homobasidiomycètes
Calendrier :Fevrier – Mars – Avril – Mai
Comestibilité :comestibilitécomestibilité
Le chapeau : (4-12 cm), est d’abord convexe, très bombé et sa marge est incurvée au début. Il s’étale ensuite et peut comporter une légère dépression centrale. Il est charnu, ferme et épais, assez irrégulier de forme. Sa surface n’est pas visqueuse mais lisse, finement vergetée. Sa couleur va du blanchâtre au grisâtre pâle et enfin au noirâtre à reflets d’ardoise.
Les lamelles sont épaisses et serrées au début puis s’amincissent est s’espacent Elles sont adnées, légèrement décurrentes, d’apparence cireuse, blanches puis grisâtres à reflets glaucescents, très souvent réunies par des veines
Le pied : est à peu près cylindrique, robuste, plein, ferme, épais, court par rapport au diamètre du chapeau. Il est blanc dans sa partie supérieure mais teinté de gris, brun à la base. Sa surface est argentée-satinée, squamuleuse au voisinage des lames et rayé de fibres longitudinales.
La chair : est épaisse et tendre, un peu fibreuse, blanche mais gris cendré sous la cuticule et parfois légèrement grisâtre dans le pied. L’odeur est fruitée et la saveur douce, parfois même amère.
Les spores : (7-9,5 x 5,5-6,5 µm) sont non amyloïde, elliptiques. La cuticule est filamenteuse.

hygrophore de mars

hygrophore de mars Image
On peut rencontrer cette espèce de février à mai. Il préfère les sols siliceux et pousse sous les conifères ou les hêtres, surtout en montagne. Les montagnards avisés qui connaissent les bons coins savent qu’on peut le trouver sous la neige qui le cache et le rotège. C’est une espèce comestible ne pouvant être confondue avec aucune autre en raison de son habitat et de son époque d’apparition. Il naît le pied dans la neige à l’époque où il n’existe pas d’autre champignon consommable et les écureuils et autres petits rongeurs le grignotent allègrement.
Nom usuel :hygrophore de mars
Nom latin :hydrophorus marzuolus
Famille :hygrophoracées
Catégorie :hygrophore
Noms communs : Hygrophore de mars Synonyme : Clitocybe marzuola, Clitocybe glaucophilla
Habitat : montagne
Classe :homobasidiomycètes
Calendrier :Fevrier – Mars – Avril – Mai
Comestibilité :comestibilitécomestibilité
Le chapeau : (4-12 cm), est d’abord convexe, très bombé et sa marge est incurvée au début. Il s’étale ensuite et peut comporter une légère dépression centrale. Il est charnu, ferme et épais, assez irrégulier de forme. Sa surface n’est pas visqueuse mais lisse, finement vergetée. Sa couleur va du blanchâtre au grisâtre pâle et enfin au noirâtre à reflets d’ardoise.
Les lamelles sont épaisses et serrées au début puis s’amincissent est s’espacent Elles sont adnées, légèrement décurrentes, d’apparence cireuse, blanches puis grisâtres à reflets glaucescents, très souvent réunies par des veines
Le pied : est à peu près cylindrique, robuste, plein, ferme, épais, court par rapport au diamètre du chapeau. Il est blanc dans sa partie supérieure mais teinté de gris, brun à la base. Sa surface est argentée-satinée, squamuleuse au voisinage des lames et rayé de fibres longitudinales.
La chair : est épaisse et tendre, un peu fibreuse, blanche mais gris cendré sous la cuticule et parfois légèrement grisâtre dans le pied. L’odeur est fruitée et la saveur douce, parfois même amère.
Les spores : (7-9,5 x 5,5-6,5 µm) sont non amyloïde, elliptiques. La cuticule est filamenteuse.

L’Atlas des Champignons regroupe plus de 360 espèces différentes que vous pouvez retrouver à l’aide des boites déroulantes ci-dessous. Vous pouvez sélectionner une espèce par son nom vernaculaire (nom commun) ou par son nom latin. Dans tous les cas, il vaut mieux connaître le nom latin de l’espèce car en matière de nom commun, certaines espèces en ont plus d’une centaine selon les régions !

Si vous ne connaissez pas l’espèce que vous avez vue ou que vous venez de cueillir, cliquez sur le bouton « reconnaître » dans le menu animé du haut de cette page. Vous aurez accès à la clé de détermination où, selon les critères que vous aurez saisis, une ou plusieurs espèces vous seront proposées.
De nombreux adeptes essaient de cultiver en serre des champignons mais cela demande de maitriser parfaitement les taux d’humidité et de bien vérifier les nutriments présentes dans le sol.