Atlas des champignons

Home / Atlas des champignons

amanite solitaire

amanite solitaire Image
Elle apparaît dès la fin du printemps en sol calcaire, dans les bois ensoleillés et clairs, surtout sous les chênes, ainsi que sur les lisières des taillis et le long des haies. On ne sait pas pourquoi on l’a qualifiée de « solitaire » car elle pousse en groupes de quelques individus. Comestible délicat il fera votre régal
Nom usuel : amanite solitaire
Nom latin : amanita solitaria
Famille : amanitacées
Catégorie : amanite
Noms communs : Amanite solitaire, amanite pomme de pin. Synonyme : Amanita strobiliformis
Habitat : chênes
Classe : homobasidiomycètes
Calendrier : Mai – Juin – Juillet – Aout – Septembre
Comestibilité : comestibilitécomestibilité
Le chapeau : (6-20 cm) blanc-grisâtre, portant de larges plaques cendrées, épaisses, écailleuses, pelucheuses, anguleuses, blanches, puis grisâtres ou gris brunâtre, et plus foncées que le fond formant un joli damier. Dans la vieillesse, ces plaques peuvent disparaître parfois en totalité à cause des intempéries. Au début, la marge qui déborde les lamelles blanches à arête floconneuse est dentelée des débris d’anneau qui y restent accrochés..
Le pied : ( 7-20 x 1,5-4 cm) est plein, robuste mais plus élancé que celui de l’ovoïde. Il est couvert d’écailles farineuses plus ou moins apprimées et en cercles concentriques. Il peut se terminer en une portion allongée ou radicante car il est enfoncé dans le sol parfois jusqu’à la moitié de sa hauteur. Il perd ses flocons au niveau de son bulbe pour devenir nu avec l’âge mais qui reste très floconneux-pelucheux au-dessous de l’anneau. L’anneau est très farineux, d’abord frangé, très fragile et s’affaisse rapidement. Il présente des collerettes plissées, dentelées, superposées, qui ont la consistance de la crème de lait.
La chair : est blanche, épaisse avec une odeur faible. La saveur est agréable.
Les spores : (10-12,5 x 8-10 µm) elliptiques et amyloïdes.

amanite solitaire

amanite solitaire Image
Elle apparaît dès la fin du printemps en sol calcaire, dans les bois ensoleillés et clairs, surtout sous les chênes, ainsi que sur les lisières des taillis et le long des haies. On ne sait pas pourquoi on l’a qualifiée de « solitaire » car elle pousse en groupes de quelques individus. Comestible délicat il fera votre régal
Nom usuel : amanite solitaire
Nom latin : amanita solitaria
Famille : amanitacées
Catégorie : amanite
Noms communs : Amanite solitaire, amanite pomme de pin. Synonyme : Amanita strobiliformis
Habitat : chênes
Classe : homobasidiomycètes
Calendrier : Mai – Juin – Juillet – Aout – Septembre
Comestibilité : comestibilitécomestibilité
Le chapeau : (6-20 cm) blanc-grisâtre, portant de larges plaques cendrées, épaisses, écailleuses, pelucheuses, anguleuses, blanches, puis grisâtres ou gris brunâtre, et plus foncées que le fond formant un joli damier. Dans la vieillesse, ces plaques peuvent disparaître parfois en totalité à cause des intempéries. Au début, la marge qui déborde les lamelles blanches à arête floconneuse est dentelée des débris d’anneau qui y restent accrochés..
Le pied : ( 7-20 x 1,5-4 cm) est plein, robuste mais plus élancé que celui de l’ovoïde. Il est couvert d’écailles farineuses plus ou moins apprimées et en cercles concentriques. Il peut se terminer en une portion allongée ou radicante car il est enfoncé dans le sol parfois jusqu’à la moitié de sa hauteur. Il perd ses flocons au niveau de son bulbe pour devenir nu avec l’âge mais qui reste très floconneux-pelucheux au-dessous de l’anneau. L’anneau est très farineux, d’abord frangé, très fragile et s’affaisse rapidement. Il présente des collerettes plissées, dentelées, superposées, qui ont la consistance de la crème de lait.
La chair : est blanche, épaisse avec une odeur faible. La saveur est agréable.
Les spores : (10-12,5 x 8-10 µm) elliptiques et amyloïdes.

L’Atlas des Champignons regroupe plus de 360 espèces différentes que vous pouvez retrouver à l’aide des boites déroulantes ci-dessous. Vous pouvez sélectionner une espèce par son nom vernaculaire (nom commun) ou par son nom latin. Dans tous les cas, il vaut mieux connaître le nom latin de l’espèce car en matière de nom commun, certaines espèces en ont plus d’une centaine selon les régions !

Si vous ne connaissez pas l’espèce que vous avez vue ou que vous venez de cueillir, cliquez sur le bouton « reconnaître » dans le menu animé du haut de cette page. Vous aurez accès à la clé de détermination où, selon les critères que vous aurez saisis, une ou plusieurs espèces vous seront proposées.